|
  • Playlist
Title
Artist
Genre
Length
Playlist save clear
Votre playlist est vide

Vincha

Liens

partager artiste

Partager

Biographies

Biographie en français , pour la version anglaise cliquez sur more

Qui est Vincha ?

Un ex « fanatique de rap français» qui a grandi avec des parents fans de Beatles et de chanson française et découvert le rap à 12 ans avec La Haine, les mixtapes de DJ Poska et le premier album de Doc Gynéco. « Mon kif suprême, c’était d’écouter du rap français. Je ne fais pas de distinctions, je suis nostalgique sans l’être et ça continue de m’intéresser, c’est ça qui m’a lancé.
Il monte des groupes, squatte tous les samedis à la MJC de Cesson, du côté de Melun avec sa bande. C’est le 77, à quarante bornes de Paris : «on prenait le RER D, on trainait à Chatelet, sur les Champs, on mangeait des crêpes à Bastille. Le parcours type d’un banlieusard ».
Après des années d’apprentissage de la vie d’artiste au sein de multiples groupes nébuleux et sans lendemain, il décide de se lancer dans une carrière solo. Premier nom : Vincha Backpacker. « C’était un clin d’œil au fait que j’avais toujours un sac à dos, je voyageais énormément et c’est comme ça que j’écrivais. Les trains, les aéroports, les bus… Ce sont des endroits tellement mélancoliques et riches en rencontres ».

Pour habiller ses mots, Vincha a eu la chance de tomber sur un grand couturier des sons. En 2005, Tom Fire, qui a écouté ses maquettes sur MySpace, l’invite dans son studio. Les deux hommes s’apprécient et décident de démarrer une collaboration fructueuse qui dure aujourd’hui. Pour la scène, Vincha choisit un DJ versatile, S.O.A.P. (l’acronyme de Son Of A Pitch), avec qui il va arpenter les scènes en duo pendant trois ans. « La formule c’était : 2 platines, un mélodica, un piano. Il y avait un côté cabaret hip-hop, on avait appelé ça de la chanson rappée ».
Vincha sort deux EPs et réussit à décrocher un petit tube, « Les Petits Seins ». Mais certains commencent à le classer dans la case Chansons Festives… On frise le quiproquo. « J’ai fait ce morceau pour l’énergie du live, mais sur disque ce n’était pas là-dedans que je voulais aller » explique Vincha, qui de toute manière est déjà focus sur son nouvel album.

Un album de rap ?

Oui, mais signé par « Le rappeur le moins hardcore du 93 mais pourtant droit dans mes baskets, à l’aise » (« Le Souague », featuring Hipoccampe Fou). Un album personnel, drôle, touché par la grâce, entre émotion et dérision et sur des sons concoctés essentiellement en binôme avec Tom Fire.
Entre hip-hop et mélodies, Vincha raconte sa vie. « L’écriture me permet d’exprimer des choses que je ne dirais pas en temps normal. Comme dire à ma mère que je l’aime ». Ainsi la chanson « Lapis-Lazuli » où Vincha raconte sa naissance (« Quand de son ventre sortit Vincent, 3 kilos 5, futur rappeur ») et évoque sa maman de façon émouvante et drôle à la fois.
On pense parfois à Akhenaton (pour l’emploi de mots précieux et qui sonnent), mais aussi à l’Oxmo des débuts pour ce goût de la narration, ce storytelling rapologique qu’affectionne Vincha.

Thème récurrent de cette collection de chansons : l’amour. Vincha a le sens de la formule lorsqu’il évoque les soirées où « tout le monde fait mine de ne pas remarquer qu’il manque un truc au tableau » en parlant d’idylles pas idéales (« Il Viendra »). Mais l’amour, est-ce la vie en couple ? « 123 », avec Emilie Gassin au refrain, pose la question : « On croise d’autres équipages, chacun dit “Moi c’est cool”, alors que tous les staffs font de l’écopage et du sauvetage de couple (…)/ Chacun a son billet pour le train-train quotidien, on s’attend moins sur le quai, on s’embrasse un peu moins ». Des couplets tristement adaptables à la réalité de beaucoup de couples. Ainsi vont les chansons de Vincha : du réalisme, une pointe de rigolade désabusée et une plume qui ne recule pas devant les (grands) sentiments, évitant les clichés et les attitudes macho que trop de rappeurs d’aujourd’hui affectionnent.

Alors, l’album de la maturité ?

Pas besoin de ce grand cliché : Qui dit mieux est le disque d’un trentenaire qui sait manier la plume et remet à l’honneur le texte.
« Je ne veux plus rêver ma vie, je veux vivre mes rêves » : une formule qui claque pour un titre important, « 30 Ans ». « Putain j’ai 30 ans, le diagnostic est évident/ Tous les symptômes sont clairs, il n’y a pas de médicament, un œil devant, un œil derrière ».
Vincha a de l’humour, et il s’inclut dedans : « Je me verrai bien brûler les planches, incendier des grandes scènes, dans le cœur des fans faire des flammes », balance-t-il dans « Des Etincelles », le premier single au clip tourné à Bali. « Je suis peut-être destiné à plaire à un public plus adulte mais j’ose espérer que tout le monde peut écouter mes sons. J’essaie de ne pas y penser, je fais de la musique pour les autres, mais il faut que je sois mon premier fan ». Qu’il se rassure, Vincha n’est plus seul.

« Je pense beaucoup au live, j’espère que cet album, qui est plus rap, plus “testostéroné”, va me permettre de jouer sur des scènes debout, d’élargir mon public. J’ai beaucoup d’envies, je veux aller dans plein de directions ». Le diagnostic est évident : on va suivre Vincha jusqu’à la destination qu’il a choisi d’atteindre.

Olivier Cachin

C’est officiel : Vincha a « 30 ans ». Ce morceau phare du nouvel album du jeune rappeur-chanteur, marqueur temporel plein d’humour doux amer, annonce son retour.

Nouvel album « Qui dit mieux »
23 septembre 2016

1er single « Des étincelles » déjà disponible

English :

Who is Vincha?

Vincha calls himself a former fanatic of French rap, but he grew up with parents who were Beatles fans and into the French ballad tradition. At age 12 he discovered rap with the soundtrack of La Haine, a 1995 film about race hatred in a deprived French inner city suburb, as well as DJ Poska’s mixtapes and the first album made by innovative French rapper Doc Gyneco. He says listening to French rap was his ultimate trip. “I didn’t make any distinction. I am nostalgic and not nostalgic (for it) at the same time, and it still interests me, that was what got me started.” He formed groups and took over the municipal youth club in his home town of Cesson, south-east of Paris, with his mates every Saturday. With 40 km to cover to reach the centre of Paris, he would jump on the train, hang out near Châtelet and on the Champs Élysées and eat pancakes at Bastille. “Typical for a guy from the suburbs.”
After spending years in various nebulous groups with no future where he learned about the life of a musician, he decided to go solo. The first name he took was Vincha Backpacker. “It was a reference to me always having a backpack. I travelled a lot, and that is how I would write – trains, airports, buses – those places are so sad but you meet lots of people.”
To make his lyrics sing, Vincha was lucky to come across a great arranger and sound engineer. In 2005, Tom Fire, who had listened to his demos on MySpace, invited him to his studio. They got on well and decided to work together, a fruitful collaboration that still continues. For his stage appearances Vincha chose a versatile DJ, S.O.A.P. (for Son Of A Pitch), with whom he toured for three years. “The formula was, two turntables, a melodica, a piano. There was a hip-hop cabaret feel, we called it rapped songs.”
Vincha released two EPs and had a minor hit with Les Petits Seins. But he began to be classed in the category of festive songs, a serious misunderstanding. “I did the song for the energy of playing live, but on the record that wasn’t where I wanted to go.” He was already focused on his new album in any case.

A rap album?

Yes, but from “the least hard-core rapper in 93 (the suburbs north of Paris that birthed many French rappers) but still comfortable with that, at ease.” (as in Le Souague (The Swag), a track featuring Hipoccampe Fou.) It is a personal album, funny, spiritual, hovering between emotion and derision and with sounds concocted essentially in tandem with Tom Fire. The sound is between hip-hop and melodic, and in it Vincha tells his life story. “Writing allows me to say things I would not normally say. Like telling my mother I love her.” So the song Lapis-Lazuli, in which Vincha describes his birth (“Quand de son ventre sortit Vincent, 3 kilos 5, futur rappeur” – When from her belly came Vincent, 3.5 kilos, future rapper) and talks about his mother in a moving yet humorous way. There are echoes of Akhenaton in the use of unusual words with sonority, and also of early Oxmo in the penchant for narration, the rapological storytelling that Vincha favours.

The recurrent theme in this collection of songs is love. Vincha has the knack of finding a choice formula, as when he describes parties where “tout le monde fait mine de ne pas remarquer qu’il manque un truc au tableau” (everyone pretends not to notice that something is missing from the picture), while talking about idylls that are not ideal (Il Viendra). But is love living in a couple? In 123, with Emilie Gassin in the chorus, the question is posed: “On croise d’autres équipages, chacun dit “Moi c’est cool”, alors que tous les staffs font de l’écopage et du sauvetage de couple (literally: You meet other teams, they all say, “Me, I’m cool”, when all their staffs do nothing but bail them out to save the couple), and again: “Chacun a son billet pour le train-train quotidien, on s’attend moins sur le quai, on s’embrasse un peu moins.” (literally: Everyone’s got their ticket for the daily grind train, you linger less together on the platform, you kiss each other a little less.) Lines that sadly apply to the reality of many couples. That is how Vincha’s songs go: realism, a touch of wry humour and a writer who does not hold back feelings, even heavy ones, yet avoids clichés and the macho attitudes that too many of today’s rappers favour.


So is it the album of his maturity?

There is no need for such a mega-cliché. Qui dit mieux is a record by a 30-something who knows how to wield his pen and brings the text back to the fore. “I don’t want to dream my life any more, I want to live my dreams.” A snazzy formula for a major track, 30 Ans. “Putain j’ai 30 ans, le diagnostic est évident/ Tous les symptômes sont clairs, il n’y a pas de médicament, un œil devant, un œil derrière.” (Literally: Fuck, I’m 30, the diagnosis is obvious/All the symptoms are clear, there is no cure, one eye looks ahead, one eye looks back.)
Vincha has a sense of humour and he includes himself in that: “Je me verrai bien brûler les planches, incendier des grandes scènes, dans le cœur des fans faire des flammes,” he raps in Des Etincelles, the first single with a clip made in Bali. (literally: I could see myself burning the planks, setting fire to big stages, putting flames in the hearts of fans.) “Perhaps I’m destined to appeal to a more adult public, but I dare to hope that everyone could listen to my sounds. I try not to think about it, I make music for other people, but I have to be my main fan.” He shouldn’t worry, he is no longer alone.

“I think about live performances a lot, and I hope that this album, which is more rap, more “testosteroned”, will allow me to play confidently on stage and to broaden my fan base. I want lots of things, I want to go in lots of directions.” The diagnosis is obvious: we will follow Vincha right to the destination he has chosen to reach.

Olivier Cachin

It’s official: Vincha is 30. The headline song on the rapper/singer’s new album, 30 Ans, a temporal marker of bitter-sweet humour, announces his comeback.

New album: Qui dit mieux
Release date: 23 September 2016
First single: Des étincelles, already available.
view all 50 tracks 50 Tracks Found
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: Qui dit mieux ?
Genre: Chanson française, Hip Hop, Rap
humeur: Laid Back
Droits contrôlés: Publishing only
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: Qui dit mieux ?
Genre: Hip Hop, Rap
instrumental: oui
Droits contrôlés: Publishing only
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: Qui dit mieux ?
Genre: Chanson française, Hip Hop, Rap
instrumental: oui
Droits contrôlés: Publishing only
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: Qui dit mieux ?
Genre: Chanson française, Hip Hop, Rap
instrumental: oui
Droits contrôlés: Publishing only

Tweets récents

vidéoclip

Des étincelles
add private note Notes privées

Cliquez ici pour ajouter une note privée. Les notes privées seront vues par vous seulement.

add comment Commentaires

Cliquez ici pour ajouter un commentaire. Les commentaires seront vus par tous.

©2017 MusicSales FR. All Rights Reserved.
Powered by Synchtank® V2.9 | Patents Pending
Connect with us