|
  • Playlist
Title
Artist
Genre
Length
Playlist save clear
Votre playlist est vide

Richard Pinhas

partager artiste

Partager

Biographies

Richard Pinhas (pseudonyme occasionnel : Richard Dunn) est un guitariste, et joueur de synthétiseur, producteur de disques et compositeur français né le 7 mai 1951. Il est l'un des pionniers de la musique industrielle en France.

Adolescent, Richard Pinhas s'intéresse au blues et se joint au groupe Blues Convention où joue également Klaus Blasquiz, futur membre du groupe Magma. Avec ce dernier, il fonde l'éphémère Stuff, avant que Blasquiz ne rejoigne Christian Vander au sein de Magma.
Après le lycée, Pinhas commence des études de philosophie à la Sorbonne et, parallèlement, fonde le groupe Schizo. Le groupe enregistre un simple autoproduit en 1972 et se dissout la même année, Pinhas souhaitant se consacrer à ses études. Ce 45 tours, intitulé « Le Voyageur / Torcol », obtient un certain retentissement dans le milieu underground. On pouvait y entendre le philosophe Gilles Deleuze (dont Pinhas a suivi les cours à l'Université de Vincennes dans les années 1970, et dont la pensée a une influence considérable sur lui dire de sa voix si particulière un texte du philosophe allemand Friedrich Nietzsche sur un accompagnement rock.
Pinhas soutient sa thèse de doctorat, intitulée « Le rapport entre la schizoanalyse et la science-fiction », sous la direction du philosophe Jean-François Lyotard.

En 1973, il rencontre pour la première fois l'écrivain de science fiction Norman Spinrad à Los Angeles. Ce dernier le présente à son
confrère Philip K. Dick, que Pinhas interviewe pour le magazine Actuel.

En 1974, Richard Pinhas crée le groupe de rock électronique Heldon. Son nom est tirée d'une cité fictionnelle décrite dans le roman "Rêve de fer" de Norman Spinrad. Comme avec son précédent groupe Schizo, Pinhas produit lui-même ses nombreux enregistrements et les
distribue sur son propre label, Disjuncta, un des premiers labels français indépendants.
Marquée par les travaux de Robert Fripp et Brian Eno (No Pussyfooting 1973), autant que par ceux de King Crimson (Larks' Tongues in
Aspic, 1973 ; Red, 1974) et Philip Glass, la musique de Heldon n'en reste pas moins profondément originale et novatrice dans sa façon de relier l'électronique et la puissance du son de la guitare électrique.
Elle a, à son tour, exercé une influence dans le domaine du rock dit progressif et instrumental.
De 1974 à 1979, le groupe sortira sept albums (parfois doubles, comme It's Always Rock and Roll, peut-être leur plus célèbre opus).

Après avoir publié une compilation (Perspective, 1984) regroupant différents extraits de ses travaux précédents, en solo ou avec Heldon,

Richard Pinhas se retrouve à court d'inspiration. Refusant de se répéter, il cesse volontairement de faire de la musique pendant dix ans, de L'Éthique (1982) à Dww (1992). Il retourne à la philosophie et travaille à un livre sur Nietzsche.

Au début des années 1990, les rééditions des albums d'Heldon et de ses albums solo reçoivent un accueil très positif aux États-Unis, en Europe et au Japon. Ce regain d'intérêt pour son travail incite Richard Pinhas à se tourner de nouveau vers la musique. Il collabore alors avec plusieurs personnalités comme Pascal Comelade, Mark Jenkins, Peter Frohmader ou John Livengood (ex-Red Noise et Spacecraft) pour Cyborg Sally, disque fortement influencé par Nine Inch Nails. Il se lance aussi dans Schizotrope, un projet avec l'écrivain de science- fiction Maurice G. Dantec (auquel participe aussi Norman Spinrad), entre lectures de textes (de Gilles Deleuze) et musique, qu'ils qualifient de « Metatronic ».

En 2000, il participe aux Rencontres Trans Musicales de Rennes en compagnie de Norman Spinrad. Cette même année voit paraître "Only Chaos is Real", album de la renaissance de Heldon, dans une nouvelle mouture à laquelle participent Dantec, Spinrad, Antoine Paganotti (chanteur chez Magma), Olivier Manchion (bassiste du groupe Ulan Bator), David Korn, mais aussi des anciens du groupe revenus pour célébrer sa dernière réincarnation, comme Alain Bellaïche et Georges Grunblatt, ou des proches comme Bernard Paganotti et Benoît Widemann (tous deux anciens membres de Magma). Le fils de Pinhas, Duncan Nilsson, joue sur le titre Holy Dolly. Il avait déjà participé à l'album "De l'Un et du Multiple" (1997).

En 2001, Richard Pinhas publie Les Larmes de Nietzsche : Deleuze et la musique chez Flammarion, avec une préface de Maurice G. Dantec. Pinhas a en outre écrit dans plusieurs revues, telles que Interférences dans les années 1970 et Cancer ! au début des années 2000.

En 2004, il est invité à jouer au NEARfest, festival international de rock progressif situé en Pennsylvanie (États-Unis).

En 2007 il publie le disque Metatron.

En 2008, Richard Pinhas inaugure une collaboration avec le musicien bruitiste japonais Masami Akita, plus connu sous le pseudonyme de Merzbow, avec l'album Keio line. La même année une compilation de singles est publiée.

En 2013 il publie Vents Solaires un maxi en compagnie d'Étienne Jaumet. En 2014 il publie Tikkun, un disque en collaboration avec Oren Ambarchi et Welcome In The Void avec Yoshida Tatsuya.

English:

Richard Pinhas recorded seven influential albums as the leader of French space-rock pioneers Heldon in the 70s, with a further five solo records before his six-year break from music in 1982. Since returning to the form in the 90s he has been prolific, collaborating with such luminaries as Merzbow, Yoshida Tatsuya, Oren Ambarchi, Barry Cleveland, and Wolf Eyes.

"Changes in my life really influenced this record," Richard Pinhas tells of his new album Reverse. He speaks with good humor of its serious beginnings. "The wife of a friend of mine offered to read my Tarot cards. I'd never done it before and jokingly I agreed, because I was curious. And I had the worst reading possible. I don't believe in it - I am very materialist, not financially but in my philosophy - so it was very strange that in the year that followed I lost my two parents, broke up with my girlfriend, lost my flat, and moved to Nantes. So the album was done in this confusion, in this chaotic state of having lost all these things."

Reverse's dark experimental noise and long repetitive tracks have an intimidating first impression. But listening to the whole 50 minutes leaves one feeling purified. Pinhas even says this album "fixed" and "resurrected" him. "The original title was '@Last', because it was going to be my last album. But as I got better, I said, 'well, we'll reverse'", he laughs. "It was a healing process for me to make this album. To get rid of all the negativity that occupied my brain. But that is all behind me now.

The main process of the album production was one of construction, of Pinhas and Oren Ambarchi (guitars, dronz) forming the skeleton. After the initial sessions in Paris they threw out everything except their own parts and then started searching for "the right parts. Not a drummer, but the drummer, not a bass guitarist, but the bass guitarist." Enlisting the talents of Arthur Narcy (drums), Florian Tatar (bass) along with Masami Akita (analog synths, recorded in Tokyo), son Duncan Nilson-Pinhas (digital synths), and William Winant (percussion, recorded in Oakland, CA, USA), Pinhas comments "there is a great line-up on this record."

Remarkably well-read on a variety of subjects, and with a Ph.D in Philosophy from the Sorbonne, Pinhas has a keen interest in Kabbalah. Here too on Reverse, the songs, and fantastic cover art by Yann LeGendre, reflect this. 'Ketter' is an unknowable realm and the music reflects this. We catch traces of elements traversing the spectrum while the whole retains its own mystery. Pinhas' immediately recognizable tone is tempered by Narcy's unique drumming style, building the piece according at his own pace. And 'Nefesh' is the first level of the soul. The track's percolating sounds depicting such a pneumatic birth. "All the important things in my life inspire me, whether it be Nietzsche, Jimi Hendrix, or Kabbalah, they're all there every day." 'End' reflects the 'reverse' of the album title as sounds double back in on themselves whilst Narcy, frantic on the cymbals, pounds the drums themselves with military precision. And album closer 'V2' brings to mind both Thomas Pynchon's Gravity's Rainbow and David Bowie, Pinhas being a big fan of both. Its music sounding like the aftermath of an enormous futuristic electrical malfunction still lingering over a vast cityscape.

Pinhas does seem to have reversed whatever negativity came his way at the album's beginnings and the future looks bright. October 2016 saw a successful tour of America with sold-out shows in New York, Houston, and Austin ("that was incredible, it was my first time playing in the South too.") And Reverse is his first album for the Bureau B label. "Six months ago, I had my cards read again and all the cards were the best cards possible."

 


view all 45 tracks 45 Tracks Found
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: It's Always Rock 'n' Roll (Heldon III)
Genre: Electronic, Rock
humeur: Building, Futuristic
instrumental: oui
Droits contrôlés: Publishing only
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: East / West
Genre: Ambient, Electronic
humeur: Ambient, Dreamy, Feel Good, Futuristic
instrumental: oui
Droits contrôlés: Publishing only
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: Chronolyse
Genre: Electronic, Experimental, Rock
humeur: Driving, Futuristic
instrumental: oui
Droits contrôlés: Publishing only
JouerAjouterTéléchargerPlus +
Album: Electronique Guerilla (Heldon I)
Genre: Electronic, Rock
humeur: Agitated, Eerie, Futuristic, Quirky
instrumental: oui
Droits contrôlés: Publishing only
add private note Notes privées

Cliquez ici pour ajouter une note privée. Les notes privées seront vues par vous seulement.

add comment Commentaires

Cliquez ici pour ajouter un commentaire. Les commentaires seront vus par tous.

©2019 MusicSales FR. All Rights Reserved.
Powered by Synchtank® | Patents Pending
Connect with us
Ce service respecte le droit d’auteur. Tous les droits des auteurs des œuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site, sont réservés. Sauf autorisation expresse, toute utilisation des œuvres autres que le téléchargement dans le cadre du cercle de famille sont interdites.