|
  • Playlist
Title
Artist
Genre
Length
Playlist save clear
Votre playlist est vide

Actualités

13/7/2018
"Yumeji's Theme" A Cappella version

Après le grand succès «Yumeji's Theme» , l'inoubliable musique du film de Wong Kar-Wai "In The Mood For Love" , Shigeru Umebayashi sort aujourd'hui une nouvelle version du morceau entièrement A Cappella . Cette nouvelle version est interprétée par The Plum Forest Singers avec la soprano soliste Grace Davidson. Grace a déjà collaboré avec Max Richter et Eric Whitacre et travaille régulièrement avec tous les grands ensembles de Royaume-Uni et d' Europe. "Yumeji's Theme" by The Plum Forest Singers featuring Grace Davidson en écoute ici et disponible sur toutes les plateformes de streaming et téléchargement ici

6/7/2018
Nouvelle signature : HARTS

Embassy Music Publishing ( Music Sales Australie ) sont heureux d'annoncer la signature du multi-instrumentiste, compositeur et producteur australien Harts pour un contrat d'édition mondial et exclusif. Cette signature avec Embassy Music Publishing est un évènement marquant pour une année 2018 déjà extrêmement riche pour Harts. En effet l'artiste australien a sorti un nouvel album live (Live in Brisbane 2017) et plusieurs singles inédits "Ain't Nothin' on Me , "Mercy" et "21 & 19", sont également parus récemment . Harts a beaucoup tourné aux Etats Unis et en Australie et coté studio ,il a mis en boite assez de morceaux pour sortir deux albums fin 2018 , de quoi ravir les fans ... Lors de la signature, Harts a déclaré: «Je suis très heureux de travailler avec Embassy Music Publishing , ils soutiennent ma vision artistique et m'encouragent au fur et à mesure que je progresse dans mes objectifs musicaux. Cette collaboration me permet de créer sereinement , sachant que mes chansons sont représentées activement et promues par une équipe compétente, travailleuse et passionnée ». Larry Heath, Directeur Artistique chez Embassy Music Publishing, déclare: «Je suis ravi d'accueillir officiellement Harts dans notre roaster d'artistes contemporains .Il est l'un des meilleurs talents de l'Australie, à la fois en composition et à la guitare. Avec un catalogue exceptionnel et de nouvelles productions extraordinaires, c’est juste une signature de rêve pour n'importe quel éditeur. De très belles choses à venir. "Consciousness of What You Think" est disponible maintenant.

2/7/2018
Retour en musique sur la carrière de Claude Nougaro

D'ici à septembre 2019 ,et pour fêter les 90 ans de Claude Nougaro, nous vous proposerons un rendez-vous régulier pour redécouvrir son oeuvre, époque par époque .CLAUDE NOUGARO est né un 9/09/1929, ce qui lui inspirera le nom des Editions du Chiffre Neuf … « J’ai un carré de neuf dans mon poker existentiel » disait-il… Amis de la synchro, tendez bien l’oreille : ici Cette première sélection couvre ses débuts, 1958 – 1962…période fructueuse de collaboration avec Michel Legrand.

22/6/2018
Célébrons l'été avec Henri Salvador

Entre rythmes créoles et bossa nova , Henri Salvador nous a fait voyager dans son univers exotique et ensoleillé pendant toute sa carrière . Originaire de Guyane ,il voulait faire connaitre les Antilles aux français de métropole ; et ce sera son premier grand succès :"Maladie d'Amour" en 1948 . Dix ans plus tard ,il compose et enregistre la chanson " Dans mon île" avec Maurice Pon , Par chance, Antonio Carlos Jobim entend la chanson et il se dit : "voilà ce qu'il faut faire, il faut ralentir le tempo de la samba et mettre en avant la mélodie" . Et il crée la bossa-nova... En ce début d'été , nous avons sélectionné pour vous les chansons les plus radieuses du répertoire de Monsieur Henri . ICI

11/6/2018
Chostakovitch et le foot ou le "ballet des masses"

En cette veille d’ouverture du Mondial 2018, braquons les projecteurs sur un illustre passionné de football, l’un des plus grands compositeurs du XXème siècle, le Russe Dimitri Chostakovitch. Grand supporter des équipes de sa ville natale Léningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), le Dynamo, puis ensuite le Zénith, Chostakovitch avait obtenu son habilitation d’arbitre, ce qui lui permettait, à défaut d’exercer, d’assister à tous les matchs qu’il souhaitait. Ce football, qu’il appelait le ballet des masses, il lui rendra hommage à deux reprises. Tout d’abord avec le ballet l’Âge d’Or, relatant les aventures truculentes d'une équipe soviétique de football en visite dans un pays de l'Ouest, l'occasion pour le librettiste et pour le compositeur de présenter une série de personnages politiquement incorrects fortement caricaturés, avec des tableaux aux titres évocateurs. Puis, plus tard, Chostakovitch confiera une autre page en forme de clin d’œil au ballon rond, tout simplement intitulée « Football », divertissement chorégraphique, dans la musique de scène « Le fleuve russe », opus 66. Des dizaines de lettres du compositeur font état de son engouement pour le football, qu’il avait lui-même un peu pratiqué. Il consignait les résultats des matchs dans un registre, les notant parfois sur le manuscrit de l’œuvre qu’il était en train de composer. Il découpait également les coupures de journaux, et rédigeait des comptes-rendus des matchs ; il lui est même arrivé d’inviter son équipe préférée, celle du Zénith, à venir dîner chez lui ! Outre sa passion pour le football, c’était aussi, à l’époque où Léningrad était assiégée, une façon pour Chostakovitch de rendre hommage à ceux qui habitaient la ville et tentaient, face au siège et aux bombardements, de la faire vivre. Jusqu’à son dernier souffle, dans sa chambre d’hôpital, le compositeur écoutera les résultats du Zénith au transistor. L’Âge d’or : partition DSCH en vente Football, extrait de la musique de scène Le fleuve russe : en vente et en location, à écouter ici Sélection des oeuvres les plus représentatives du compositeur ici Vient de paraître : Chostakovitch et le football, territoire de liberté : un livre publié par les éditions DSCH, version en russe, version en anglais

5/6/2018
Viktor Huganet au Live in Canal + # 26

Chaque semaine, durant trente minutes, «Live in Canal» propose un voyage musical à travers des prestations issues d'émissions comme «Nulle part ailleurs», «Le Grand Journal» ou encore «La Musicale», regroupées par thématiques. Au programme de cette édition n° 26 , spéciale Rockabilly , figurent de nombreuses formations musicales : de Kitty, Daisy & Lewis ,à Brian Setzer, en passant par JD McPherson, Chris Isaak, Imelda May, Wanda Jackson, The Hillbilly Moon Explosion, Candye Kane et Viktor Huganet. Du trés beau spectacle diffusé le 6 juin à 23h00 sur C+ Décalé ! Plus d'infos et teaser ici

22/5/2018
Hommage à Maurane

Nous avons la chance d'avoir dans notre catalogue des œuvres interprétées par la grande chanteuse belge , hélas disparue récemment , histoire : A l’âge de 17 ans, la jeune Maurane envoie ses premières maquettes à Claude Nougaro dont elle est fan . Bien plus tard, alors que Maurane se produit au Tire Bouchon , à Montmartre, Claude Nougaro vient l'écouter à plusieurs reprises ; c'est le début d'une grande amitié entre les deux artistes . Pendant plus de vingt ans, Maurane et le chanteur toulousain ont entretenu une relation artistique très forte, sans toutefois jamais enregistrer ensemble en studio. En 2009, Maurane décide de rendre hommage à Claude Nougaro, disparu en 2004, en sortant l'album "Nougaro Ou L'espérance En L'homme" , un album de reprises du jazzman. Maurane explique cependant :"Ce n'est pas un hommage parce qu'il y a une connotation nécrologique dans ce mot, moi j'appelle ça mon sourire à Nougaro, mon merci." Deux magnifiques chansons également dans la playlist ci-jointe, co-écrites par Brigitte Fontaine et Areski Belkacem pour Maurane: " Barbares Attraits " et "Péplum" Playlist ici

25/4/2018
Gabriel Yared et The Music Sales Group

Chester Music Limited, représentée en France par Première Music Group, a signé un nouvel accord d'édition sur du long terme avec GABRIEL YARED et a également fait l’acquisition de son back catalogue (Yad Music et Deva Music) comprenant un grand nombre de ses B.O composées de 1980 à 2018, tels 37°2 Le Matin, Camille Claudel, IP5, A Royal Affair, Un Automne à New York, , Par Effraction (Breaking And Entering), Coco Chanel, Igor Stravinsky, La Vie Des Autres, Azur et Asmar, ou L'Avion, pour n’en citer que quelques-uns, sans oublier la musique originale du film, Le Patient Anglais, pour laquelle il a reçu un Oscar en 1997, ainsi qu’un Golden Globe et un Grammy ! Gabriel a retrouvé dernièrement Xavier Dolan pour son dernier film, The Death and Life of John F. Donovan ; il avait déjà collaboré avec ce dernier sur les films Tom à la Ferme et Juste la Fin du Monde. Deux autres collaborations récentes sont celles avec Michel Ocelot pour son prochain film, Dilili à Paris (octobre 2018) et avec Rupert Everett, pour son film, The Happy Prince, retraçant les dernières années de la vie d’Oscar Wilde. Gabriel Yared se plait également à composer la musique de ballets: The Raven Girl (Wayne Mc Gregor), Clavigo (Roland Petit) et Shamrock (Carolyn Carlson). Playlist en écoute ici

24/4/2018
Premier Bafta TV Craft Awards pour Jocelyn Pook

Premier Bafta TV Craft Awards pour Jocelyn Pook et sa musique originale composée pour le téléfilm historique « King Charles III » réalisé par Rupert Goold, adaptation d’une pièce de théatre de Mike Bartlett. Après une collaboration fructueuse avec Stanley Kubrick sur Eyes Wide Shut, Jocelyn s’était illustrée en France en composant la musique originale de quelques films tels « L’Emploi du Temps » de Laurent Cantet, ou encore « La Repentie » de Laetitia Masson, « La Guerre à Paris » de Yolande Zauberman, et plus récemment « Augustine » d’Alice Winocourt. Retour en musique sur ce brillant début de carrière ici.

20/4/2018
Nouveau single de Zeal & Ardor : ‘Gravedigger's Chant’

Manuel Gagneux (Zeal & Ardor) sort "Gravedigger's Chant", premier single tiré de son prochain album, "Stranger Fruit". Ayant d'abord fait ses preuves en 2017 avec "Devil is Fine", le chanteur américano-suisse est resté fidèle à sa signature vocale et à son mélange unique de delta blues et de métal sur ce nouveau morceau envoûtant. Manuel Gagneux décrit ainsi son nouveau titre :"The gravedigger’s chant est entonné par des gens qui vont déposer un corps pour son ultime repos. Ils ne se soucient pas d’où il vient, mais ils savent ce qu’il a fait et qui il a aimé… Ils savent que le même sort les attend… ils chantent, à sa place, puisque cette dépouille a rendu son dernier souffle… expiré sa dernière note " Stranger Fruit sortira le 8 juin sur CD, cassette, vinyle et téléchargement Zeal & Ardor sera en concert en France en décembre 2018 Ce printemps et cet été, Manuel Gagneux va enchaîner les festival dont les prestigieux Printemps de Bourges le 27 avril , Helfest , fin juin à Clisson,France , et le Montreux Jazz Festival, le 5 juillet prochain . Chronique Oui FM du 30 mars 2018: Le projet original du Suisse Manuel Gagneux continue sur sa lancée. Zeal and Ardor avaient balayé la scène underground avec son premier album, Devil is Fine, sorti en 2016. L’idée improbable de Manuel Gagneux, artiste multiple à la tête de ce projet, était d’imaginer la rébellion des esclaves africains contre la religion chrétienne qui leur avait été imposée en se tournant vers le satanisme, à la manière du mouvement black metal tel qu’il est apparu en Norvège dans les années 90. Ainsi, l’artiste mélange de manière inattendue black metal, blues et gospel, en baignant le tout dans l’occultisme, pour un résultat étonnant. Le succès du mélange est total et l’artiste tourne partout en Europe. ----------------------------------------------------------------------------------------- Chronique Metal Assault du 11 mai 2018 ( US ) : Album review 10/10 (...)"This album is a trip; it’s scary, disheartening, influential, brutal, serene, gentle, uplifting, hopeful, broken, and punished. That’s just the tip of the descriptive iceberg, what you’re getting into isn’t just an album. This isn’t just a really good album. This doesn’t even just toe the line between music and art, it pushes and bends it to create the unique and masterful piece of art known as ‘Stranger Fruit’.“ Chronique complète ici ----------------------------------------------------------------------------------------- Chronique The Gardian du 22 mai 2018 (UK ): Pleine page et interview "Zeal and Ardor: meet the black metal bluesman who brands his fansEight of the Swiss-American experimentalist’s fans have had his logo branded on to their skin. But beneath the shock and satanism, there’s sharp social commentary on slavery and spiritual freedom" Interview ici

30/3/2018
Les Parisiennes le teaser

Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modja et Helena Noguerra chantent les succès de Claude Bolling dans un spectacle musical mêlant chant, danse et comédie, mis en scène par Stéphane Jarny Aux Folies Bergère à partir du 24.05.18 et en tournée dans toute la France "Ah c'qu'on est bête" est le premier extrait de l'album "Les Parisiennes" à paraître le 27 avril 2018

26/3/2018
JOCELYN POOK ET NICO MUHLY NOMMÉS POUR LES BAFTA TV CRAFT AWARDS DE 2018

Les nominations pour les BAFTA TV Craft Awards 2018 , la grande cérémonie des prix de la télévision britannique , ont été annoncées ; 2 compositeurs Music Sales concourent dans la catégorie Meilleure Musique Originale : Nico Muhly pour Howards End Série télévisée Le changement de paysage social dans l'Angleterre du début du XXème siècle à travers le prisme de trois familles d’origine sociales très différentes .Produit par Playground Entertainment pour BBC OneMusique Originale de Nico Muhly Jocelyn Pook pour King Charles IIIAdaptation au petit écran de la pièce déjà primée de Mike Bartlett.ou l’accession au trône du Prince Charles après la mort d’Elizabeth IIProduit par Drama Republic pour BBC TwoMusique Originale de Jocelyn Pook La remise des prix aura lieu le 22 avril prochain Tout sur les BAFTA TV Craft Awards 2018 ici

20/3/2018
Macha Gharibian - News de printemps

A partir du mois d'avril Macha Gharibian sera en résidence tous les lundis à La Gare, nouveau club parisien du 19ème arrondissement située sur la petite Ceinture. Chaque lundi à 21h elle nous invite à venir la voir explorer sans filet nouvelles compositions & chansons, moments précieux de laboratoire entre expériences éphémères d'un soir et premiers jets qui écloront au fil des semaines. Et quoi de mieux pour s'aventurer qu'une gare, lieu de départ où tout est en devenir...Avec Dré Pallemaerts, Matyas Szandaï ... et des invités de passageTous les lundis d'avril, mai et juin // Entrée libreLa Gare1, avenue Corentin Cariou, 75019 Paris ------------------------------------------ Le vendredi 6 avril , elle sera, pour la dernière date du Trans Extended Tour en concert à Millau avec Tosha Vukmirovic, Théo Girard, David Potaux-Razel & Dré Pallemaerts au Théâtre de la Maison du Peuple, 16 boulevard de l’Ayrolle,12100 Millau puis direction la Suisse avec son quartet : Théo Girard, David Potaux-Razel & Dré Pallemaerts, pour deux concerts Vendredi 30 marsSalle des RempartsPlace des Anciens-Fossés 7, CH-1814 La Tour-de-Peilz et Samedi 31 marsLa Spirale Place du Petit-St-Jean 39, CH-1701 Fribourg

13/3/2018
Englabörn reborn

Un des derniers projets de Johann Johannsson vera le jour le 23 mars prochain.Le musicien d'avant-garde islandais et compositeur de films Jóhann Jóhannsson ressortira son premier album « Englabörn » à titre posthume avec de nouveaux remixes à la fin du mois.Intitulé Englabörn & Variations, le projet a été achevé peu de temps avant le décès de Johann Jóhannsson et va sortir malgré tout avec le soutien et l'approbation de sa famille le 23 mars chez Deutsche Grammophon. Englabörn a été initialement publié en 2002 via Touch avant d'être réédité en 2007 sur 4AD. En plus d'un remaster complet, cette version de l'album présentera des "variations" remixées par Jóhannsson et d'autres artistes comme Ryuichi Sakamoto, A Winged Victory for the Sullen ou Hildur Guðnadóttir et sera pressé également en vinyle pour les puristes du son . En écoute ici

13/2/2018
Henri Salvador , 10 ans déjà ...

10 ans déjà qu'il nous a quitté , nous vous proposons une plongée dans sa vie trépidante pour ne pas oublier l'immense artiste - auteur, compositeur, interprête - qu'il était . Photo Studio Harcourt 1949 L'arrivée en France et ses débuts Le Jeune Henri débarque du paquebot Pérou au Havre le 16 août 1929, à l’âge de 12 ans, en compagnie de toute sa famille. Il est le benjamin d'une fratrie comprenant sa sœur Alice et son frère André, avec lequel il chanta en duo au début de sa carrière.Alors qu’il s’esclaffe tous les dimanches devant le numéro du clown Rhum au cirque Médrano, il est convoqué en coulisse par ce même clown qui le remercie pour son rire tonitruant et lui offre de revenir à chaque représentation, pour rire, gratuitement. Timide mais comprenant que son rire est son arme, il fait le pitre devant les terrasses des cafés parisiens et décide d'arrêter ses études à 15 ans.En 1933, un de ses cousins lui fait entendre les disques de Louis Armstrong et Duke Ellington. Fasciné par le jazz, il écoute cette musique à longueur de journée, et apprend la guitare dans sa chambre 18 heures par jour. Jusqu'au jour où il accompagne son frère André dans des cabarets parisiens. Ses talents de musicien, mais aussi d’amuseur, le font connaître et apprécier du public. En 1935, ils jouent au Jimmy’s Bar, cabaret de Montparnasse renommé de l’époque ; Henri y enchaîne les jam-sessions avec Lester Young, Benny Carter ou Eddy Louiss avec un succès certain. Django Reinhardt qui trouve des parfums tropicaux dans le jeu d'Henri l'engage comme accompagnateur.Mais au moment où il commence à devenir professionnel, il est mobilisé à Jouy-en-Josas. Démobilisé en 1940, à l’issue de la Drôle de Guerre, il s’enfuit en Zone Libre, grâce à des faux papiers. « Noir de peau », il porte sur lui son « étoile jaune ». L’extraordinaire aventure sud-américaine avec Ray Ventura et ses Collégiens Arrivé en Zone Libre, il est d'abord chanteur dans un orchestre à Nice, puis guitariste à Cannes au Maxim's, au sein de l'orchestre de Bernard Hilda où Ray Ventura le remarque…. Pour fuir les lois racistes et antisémites de l’occupation allemande, Ray Ventura réussit in extremis, en novembre 1941 à entraîner son orchestre au Brésil et en Argentine. C’est ainsi que Coco Aslan, Loulou Gasté, Paul Misraki, Guy Paquinet, Micheline Day rejoints par quelques nouveaux dont André Ekyan, Hubert Giraud, Alain Romans et Henri Salvador embarquent sur le Cadix en Espagne pour Rio. « Il avait réussi à négocier, à Vichy, 25 passeports pour ses musiciens. Cela m’a sauvé la vie ». Au Brésil, désagréable surprise, l’accueil se montre plus que réservé. Les carioca ne les ont pas attendus pour découvrir les grandes formations. A peine arrivés à Rio, l’orchestre débute au très chic Casino da Urca où, malgré le niveau de jazz, il faut attendre les imitations de Popeye, The Sailorman, par Henri pour que l’ambiance se dégèle. « Nous jouions au casino d’Urca. On passait après les cracks comme Bing Crosby. Au début, l’accueil a été glacial. Puis on a fini par faire un triomphe ». « J'ai appris le brésilien en quinze jours, et je me suis mis à faire des sketchs en brésilien, tout en chantant en français. C'était la guerre et je faisais le bruitage de bombes différentes, comme la bombe brésilienne qui faisait “boum tchikiboum tchikiboumboum”. »Après quatre mois à Rio, des semaines de tournée au Brésil, l’orchestre se produit en Uruguay, puis en Argentine où ils enregistrent même pour Odéon de juillet à décembre 1942. Pour la première fois la voix de miel d’Henri est gravée : «Premier Rendez-Vous »…C’est après une désastreuse tournée au sud de l’Argentine et au Chili que l’Orchestre se sépare ; Ray Ventura remonte un orchestre avec lequel il continue d’enregistrer pour Odéon de mars à novembre 1943…notamment quelques titres de Paul Misraki chanté par Henri (« C’est la première fois ») ; P. Misraki était le compositeur attitré de cette formation et un mélodiste exceptionnel à qui Henri a toujours rendu hommage…en témoigne la magnifique chanson « Je Sais Que Tu Sais » (P.Misraki), réenregistrée pour l’album Chambre Avec Vue en 2000.Après un dernier passage à Buenos Aires, l’orchestre est dissous en novembre 1944. Ray Ventura et Paul Misraki rentrent en France via New York. Henri Salvador, quant à lui, accepte un contrat pour effectuer une tournée solo au Brésil ; il va concurrencer les stars américaines dans leur propre langue. Il joue avec succès devant des salles remplies de milliers de soldats américains. Mais il se fait effroyablement escroquer sur le montant du cachet. Star au Brésil mais complètement fauché, il saute dans le premier bateau à la nouvelle de la reconstitution de l'Orchestre à la Libération. Premiers succès parisien… De retour dans l’Hexagone, il ne tarde pas à quitter l’Orchestre, lassé d'être le fantaisiste surtout reconnu pour son jeu scénique ; il monte son propre orchestre en 1946, avec succès. En 1947, il propose au directeur de Bobino de l’embaucher en vedette à part entière, prenant le pari de n'être payé que par les entrées. Dès sa première scène le 18 octobre 1947, il rencontre le succès. 1948 - MALADIE D’AMOUR (Leona Gabriel Soime - Jean Marcland / Leona Gabriel Soime - Henri Salvador) © Les Editions Transatlantiques En 1947, il enregistre son premier 78 tours, « Maladie d'amour » ; cette biguine fut enregistrée pour la première fois en 1931 par Léona Gabriel; la chanson d’origine mentionnait une femme d'âge mûr, surnommée Chacha, qui avait l'habitude de s'amouracher de garçons bien plus jeunes qu'elle, ce qui faisait jaser. Dans les paroles en créole antillais de la version enregistrée par Henri Salvador, on retrouve bien une Chacha…ainsi que dans le titre Cha Cha Cha D’Amour, tel qu’interprété par Dean Martin. « Je voulais faire connaître les Antilles aux Français et ça a fait un succès formidable. Un jour, je la chante dans le top du top du cabaret londonien, le Coconut Grove. Le chef d'orchestre l’entend, l'enregistre à son tour et ça devient un succès en Angleterre, puis en Allemagne et enfin aux États-Unis, où Nat King Cole l'a enregistrée, parmi les 2 500 interprètes de la chanson. Sur l'autre face de Maladie d'amour, il y avait « Clopin-clopant » (B. Coquatrix/P. Dudan), qui a fait aussi un succès mondial, enregistré notamment par Frank Sinatra.»Jean Marcland, plus connu sous le pseudonyme de Marc Lanjean, compositeur de musique de films et de chanson, qui lui aussi avait joué au sein de l’Orchestre de Ray Ventura, co-signe les paroles de la chanson. Cette même année 1947, Marcland crée Les Éditions Transatlantiques en tant que département « classique » du groupe des éditions Ray Ventura. L’œuvre entre au répertoire de cette belle maison d’édition rachetée par Première Music Group. Il existe de nombreuses reprises de la chanson. Parmi les artistes qui l'ont interprétée, on peut citer Jean Sablon, Sacha Distel, La Compagnie créole, Xanti, Francky Vincent, Manu Dibango et Jacob Desvarieux , Jacky Terrasson, Helena Noguerra... ici.Maladie d'amour a été adaptée en anglais, en allemand (à noter le superbe album de Céline Rudolph) et en espagnol, avec des variantes dans le titre et dans l'interprétation musicale.En 1957, elle est enregistrée sous le titre Melodie d'amour par The Ames Brothers, avec des paroles en anglais de Leo Johns, et par Angèle Durand avec un texte en allemand de Heinz Woezel (alias Glando). Count Owen and His Calypsonians proposent Melody of Love en 1960, tandis que pour Dean Martin se sera Cha cha cha d'amour en 1962. Les mexicains de Los Rebeldes del Rock chantent, quant à eux, Melodía de amor en 1960, avec une adaptation signée Guillermo Tena. Ici DES PAROLIERS EXCEPTIONNELS Henri Salvador a travaillé avec les plus grands auteurs, compositeurs de son époque : Boris VIAN, Bernard DIMEY, Bernard MICHEL, Maurice PON, Claude NOUGARO, Gisèle MOLARD, George MOUSTAKI, Mireille, Jean NOHAIN, Guy BONTEMPELI, Pierre DELANOE, MOUSTACHE, Françoise DORIN, Michel RIVEGAUCHE, Charles AZNAVOUR, Michel MODO, Bruno COQUATRIX, Pierre DUDANT, Alain GORAGUER, Keren Ann ZEIDEL, Léo FERRE, Monique GUERIN, Eddie BARCLAY, Jean DREJAC, Boris BERGMAN, Jean-Claude VANNIER, Paul MISRAKI, Mimi PERRIN, Maurice TEZE … BERNARD MICHEL ET MAURICE PON B.Michel et M.Pon (date inconnue) Entre grandes scènes et cabarets plus exigeants – qu’il ne dédaigne pas malgré un vrai succès populaire –, Henri Salvador traverse ainsi le début des années 1950, en compagnie de ses fidèles paroliers, Maurice Pon et Bernard Michel, rencontrés en 1947 au sein de l’Orchestre Ray Ventura. Maurice Pon, Henri et la Bossa Nova De la collaboration entre Henri Salvador et Maurice Pon, sont issues plus de 250 chansons parmi lesquelles : Le loup, la biche et le chevalier (Une chanson douce), Le Travail c’est la Santé, Tu fais partie de mon été, Sacré Menteur, Tu es le roi des menteurs, L’abeille et le papillon, Le petit indien, ou encore les chansons pour la série TV Les Bestioles. Ici. Maurice Pon et Henri c’est aussi la Bossa Nova… : En 1957, Henri Salvador fait la connaissance déterminante de Joao Gilberto. Ils enregistrent l’année suivante l’album « Chega de Saudade », considéré comme point de départ de la Bossa Nova, savoureux mélange de jazz et de samba. Entre-temps, Antonio Carlos Jobim, co-fondateur du genre, déclarait avoir été fortement influencé par la chanson « Dans mon île » (M.Pon - H.Salvador), découverte dans un documentaire italien en 1957 dans lequel jouait Salvador. Henri Salvador raconte « C'est en tout cas une chanson magique. Elle date de 1957. Je l'ai faite avec mon copain Maurice Pon dans une loge de l'Alhambra à Paris. Je l'ai mise dans un film italien de Alessandro Blasetti qui a fait le tour du monde, Europa di Notte. Par chance, Antonio Carlos Jobim est allé voir le film et, quand il a entendu la chanson, il s'est dit : voilà ce qu'il faut faire, il faut ralentir le tempo de la samba. Et il a créé la bossa-nova. C'est une coïncidence extraordinaire (…) il aurait pu entendre une autre chanson que celle-là. Quand j'ai travaillé au Brésil avec les musiciens de Jobim, ils m'ont tous dit merci parce que j'avais fait avancer la musique brésilienne ! Alors que ça tient davantage de l'accident heureux (…). Jobim est un dieu, pas moi… ». Lorsqu’il revient au Brésil, en 2006, Henri y est accueilli comme un roi. On lui fait poser l’empreinte de ses mains sur le mythique trottoir de la Toca do Vinicius. Il chante en duo avec Gilberto Gil, alors ministre de la Culture, qui le décore de l’Ordre du Mérite et pleurera, deux ans plus tard, la disparition de « l’un des principaux chantres de la bossa nova ».Après sa mort, à Rio de Janeiro, une plaque commémorative a été apposée à l'entrée de l'Institut culturel Cravo Albin, en souvenir du séjour du chanteur français en 1942. Bernard Michel : Bernard Michel et Henri Salvador, ce sont 45 ans de complicité, d'amitié et de créations ; leur collaboration fut très fructueuse : C’est pas la joie, Aime Moi, Tu es entrée dans mon âme, La Jalousie, Moi J’Prends Mon Temps, Twist SNCF, J'étais une bonne chanson, Le Clochard, Ma Doudou, Les Aristochats, Peter Pan, Le Voyageur, La Femme d'affaire, Pauvre Jésus Christ, Les Voleurs d'eau, et bien d’autres ... ici. Ils écriront ensemble des chansons pour Régine, Annabel Buffet, Audrey Arno, Tiny Yong, Yvette Giraud, Jean-Paul Mauric, Jean Sablon…quelques-unes ici. BORIS VIAN Au milieu des années 50, Henri Salvador rencontre via le pianiste de jazz Jack Diéval, Boris Vian, fanatique de jazz et militant subtil de l'antiracisme qui va permettre au chanteur de produire, à partir des stéréotypes de l'époque, une contre-image d'autant plus efficace qu'elle prend le parti de l'humour. Leur collaboration donne lieu à plusieurs chansons mémorables, de styles très différents : chansons humoristiques Le blues du dentiste, Une bonn’Paire de Claques ,Le Voyeur , Faut rigoler …), rocks, blues fantaisistes (Dérouillade Blues), chansons d’amour (Tout au fond de mon cœur, Ma Petite Amie, L’Amour...), chanson pour big band ( Trompette d’Occasion …) ici Avril 1958, Barclay. Orchestre de Quincy Jones. Disque de référence. Standards du blues française…Blues du Dentiste, Trompette d’Occasion… Une dizaine d’années plus tard, Salvador déclara : « Boris avait un trop gros cerveau. Il n’était ni d’hier, ni d’aujourd’hui, mais de demain. Il a écrit des livres, des romans, des opéras, des pièces de théâtre. J’ai eu la chance de collaborer avec lui et il m’a appris bien des choses. Il avait une grande emprise sur moi, une emprise très curieuse, même : quand il venait à la maison, il n’avait qu’à me regarder pour que je me mette à trouver des thèmes de chansons. C’était magique ! Puis, il prenait un crayon, et il écrivait les paroles aussi vite que je composais la musique. » cité dans Les Vies parallèles de Boris Vian, sous la direction de Noël Arnaud, revue Bizarre n°39-40, février 1966 - Jean-Jacques Pauvert Edit.). Les récitals se multiplient en France et à l'étranger. En 1954, Henri Salvador donne un concert à la salle Pleyel (Paris), comble. L'année suivante, il donne 6 mois de récitals dans la capitale . Affiche des concerts de l'époque En octobre 1956, il part aux Etats-Unis où le célèbre animateur de télévision, Ed Sullivan, l'engage deux semaines dans son show. Son tempérament d'homme de scène, de véritable "showman" tel que les Américains le conçoivent, séduit les critiques de New York qui le surnomment "Fire Ball". En 1956, le jeune Michel Legrand, qui avait déjà une très bonne notoriété dans le milieu du jazz mais aussi comme arrangeur et musicien (il accompagne Henri avec son orchestre à Pleyel en 1955), rentre de New-York avec dans ses bagages un tout nouveau genre musical : le rock’n’roll. Pour Henri et son acolyte Boris Vian, le rock'n'roll n’est rien d’autre qu’une mauvaise parodie du jazz, et s’il devait conquérir la France, ce ne serait que sous forme de pastiche, de blague. C’est ainsi que sous les pseudonymes de Henry Cording (saluons le jeu de mot), Vernon Sinclair (pour Boris Vian) et Mig Bike (pour Michel Legrand), les trois amis enregistrent un disque parodique : Henry Cording and his Original Rock and Roll Boys. Et le canular se transforme en succès ! Salvador, Vian et Legrand, qui ne croyaient nullement en l’avenir du rock français, se retrouvent malgré eux précurseurs du genre ; « Va t'faire cuire un œuf », « man » ou « Rock hoquet » sont en fait pris au sérieux, du moins musicalement. En 1959, la mort subite de Boris Vian laisse Henri Salvador orphelin. Mais, plein de ressources, il monte sur scène à l'Alhambra, et pendant de nombreux mois, il joue et chante à guichets fermés. En 1961, il obtient un très fort succès lors d'un passage de 12 semaines à la télévision italienne. Il décide alors de ne se consacrer qu'à la télé. Dès 1962, Henri et sa femme, Jacqueline Garabédian, étudiante égyptienne devenue son épouse en 1950 et son imprésario, fondent leur propre maison d'édition musicale. Leur premier succès est "Le Lion est mort ce soir". 1962 - SYRACUSE (Bernard DIMEY, Henri SALVADOR) © Première Music Group Bernard Dimey Henri Salvador rencontre Bernard Dimey à la fin de l’année 1962 dans un bar de la butte Montmartre. Ce jour-là, le poète, après plusieurs verres de Whisky, lui parle d’un début de texte qu’il vient d’écrire et dans lequel il a réuni quelques très beaux mots de la langue française et quelques destinations de rêve comme Kairouan, l’île de Pâques et Syracuse. Henri trouve que c’est un très bon début de chanson et propose à Bernard Dimey de creuser cette idée. Quelques jours plus tard, les deux hommes se retrouvent au domicile d’Henri et ses lancent un défi. Henri se met au piano et commence à composer une douce mélodie, tandis que le poète écrit d’un seul trait, en trente minutes, la suite de son texte ; “Bernard devait terminer les paroles avant que je finisse la mélodie. Il a gagné.” Ainsi naît la chanson Syracuse que Salvador enregistre pour la Face B de son nouveau 45 tours en hommage à son pianiste préféré, Count Basie, qui sort au printemps 1963, distribué par les Disques Philips.Au départ Syracuse est un peu éclipsé par le succès de Count Basie. Henri sait que pourtant que c’est une très bonne chanson et la propose à Yves Montand. Dans l’appartement de ce dernier, place Dauphine à Paris, il lui fait écouter Syracuse. Yves n’est pas très emballé mais en voyant au coin de la pièce, Simone Signoret avec les larmes aux yeux, il change d’avis et accepte d’inclure Syracuse à son répertoire. Il ne sera pas le seul : Jean Sablon fait la même chose en 1964 et classe la chanson dans les hit-parades. Au fil du temps, cet hymne aux voyages devient un grand classique du répertoire français et fait le tour du monde.Petite anecdote : à la fin de sa vie, Henri Salvador aimait raconter, avec l’humour qui le caractérisait, qu’il avait été le meilleur porte-parole de l’office de tourisme de cette ville italienne. Il disait en 2007 : « Je ne suis jamais allé à Syracuse et pourtant, combien de personnes ai-je emmené dans cette ville ». (1001 histoires secrètes de chansons Par Fabien Lecoeuvre) Ensemble ils écriront un bon nombre de chansons dont : Envie de Toi, Sans Toi, Les Voiles du Bateau…ici Le Label Rigolo La carrière prend un tournant dans les années 1960, en grande partie grâce aux émissions de variétés de Maritie et Gilbert Carpentier, dans lesquelles il interprète des chansons humoristiques, qui le consacreront comme chanteur populaire : Faut rigoler, Juanita Banana, etc. Il crée en 1964 son propre label, « Rigolo », qui publiera dorénavant tous ses disques jusqu'en 1984, ainsi que ceux de quelques autres artistes : Tiny Yong, Jacky Moulière, Baris Manço, les Bretell's, Jacqueline Boyer, Audrey Arno… ici Henri Salvador enchaîne les tubes ‘rigolos’ (Zorro est arrivé, Le travail c’est la santé, Juanita Banana…), aux clips toujours plus déjantés les uns que les autres. Un goût pour la mise en scène et la comédie qui répond parfaitement à la culture émergente : celle de la télévision. Dès 1968, Henri Salvador revient justement en force à la télévision dans un show à sa dimension, "Salves d'or". Le succès est tel, qu'avec son épouse, il en produit 4 autres jusqu'à la fin 1969. En 1971, les studios Walt Disney se joignent à Henri Salvador pour lancer la chanson "Les Aristochats", chanson inspirée du dessin animé sorti en 1968. Salvador, qui a enregistré ce titre seul dans un studio improvisé chez lui, obtient pour cette performance, le prix de l'Académie Charles Cros. Leur collaboration durera jusqu’en 1976 ici En 1978 Henri enregistre deux titres expérimentaux à base de synthés et de voix robotiques.Issus d'un même maxi, On l'a dans l'baba et On a tous la tête à l'envers détonnent parmi le catalogue du chanteur. Dans une démarche expérimentale pour l'époque, il a posé sa voix sur ces deux morceaux électroniques, aux accents disco en utilisant des filtres qui déforment sa voix, accompagnée par un synthé. ici En novembre 1982, Salvador fait son grand retour sur scène, sous le grand chapiteau de la Porte de Pantin, salle de spectacle disparue depuis. Pendant 60 soirées exceptionnelles, il présente un show devant une salle comble. Il est accompagné pour l'occasion par de grands noms du jazz français comme Maurice Vander ou Eddy Louiss. Cette même année, il quitte RCA, sa maison de disques depuis 1977, pour le label DISC AZ chez qui il sort deux albums en public.En 1985, il change à nouveau de maison de disques, et signe cette fois sur le label EMI Pathé Marconi. A cette occasion, sort son premier album de titres originaux depuis 1978, "Henri". En octobre, il s'installe au Palais des Congrès pour une nouvelle série de concerts à la tonalité plutôt jazzy. Ces récitals présentés à l'époque comme ses Adieux au music-hall, sortent sur un double album en 1987. 1989 : "Des Goûts et des Couleurs" Cet album est l’occasion d’une collaboration avec Claude Nougaro pour le titre éponyme. Egalement un inédit écrit par Boris Vian, La Dernière Danse ici En 1990, Henri Salvador signe avec Carrère Music pour la publication d'une compilation et d'une anthologie en 8 volumes qui voit le jour en 1991. En 1992, Henri Salvador revient à sa première passion, le jazz, et donne des récitals dans les clubs de jazz parisiens. 1994 : "Monsieur Henri" C'est à New York que Henri Salvador enregistre en 1994 un nouvel album, "Monsieur Henri", qui sort sur le label Tristar de Sony Music. Entouré d'excellents musiciens américains, Salvador renoue sur ce disque avec ses racines, le blues. Les textes sont signés entre autres par Boris Bergman, Jean-Claude Vannier, Gérard Presgurvic mais aussi des amis disparus tels Bernard Dimey ou Boris Vian.ici Il reprend même le célébrissime "Layla" d'Eric Clapton. . 2000 : "Chambre avec Vue" Tantôt poète tantôt humoriste au rire bien connu, Henri Salvador a toute sa vie pris le parti d'allier swing et bonne humeur. Lors de la cérémonie des Victoires de la Musique 1996, à 79 ans, il donne une nouvelle fois la preuve de son professionnalisme et de son enthousiasme en réalisant un mémorable duo avec le chanteur américain, Ray Charles, interprétant Le Blues du Dentiste.Après quelques années de silence, de pétanque et de farniente, Henri Salvador revient au fronton de l'actualité en 2000 avec un album qui remporte un énorme succès, fort mérité. Entouré d'une équipe toute nouvelle et très jeune, il enregistre "Chambre avec vue", treize titres au charme brésilien. Grâce à son directeur artistique, Marc Domenico, Henri découvre les musiques et les textes d'auteurs tels Keren Ann, Art Mengo ou Thomas Dutronc. La mère de ce dernier, Françoise Hardy, écrit également pour Henri Salvador et accepte de partager un duo avec lui. Le chanteur, du haut de ses 83 ans, est sous le charme et se remet lui-même à la composition pour l'occasion. C'est ainsi que le 17 octobre, sort l'album qui en quelques semaines récolte un disque d'or. Le succès critique est général et tout le monde reconnaît la beauté des chansons, des textes et de l'interprétation. Sur cet album il remet à l’honneur 4 chansons : Aime Moi (1964), La Muraille de Chine (1969) , Je R’prendrai Bien Un Peu D’Amour (1974), Je Sais Que Tu Sais ( 1989). ici Année exceptionnelle que 2001. L'année de son retour sous les feux de la rampe, l'année de son retour sur scène : une grande tournée en France avec un passage à l'Olympia du 24 au 27 avril, quelques jours après sa prestation au Printemps de Bourges. En juillet, on le retrouve au festival des Vieilles Charrues en Bretagne, au Paléo Festival de Nyon en Suisse, au Nice Jazz Festival. De toutes parts, on applaudit et plébiscite le fringuant octogénaire. Ravi, l'intéressé continue dès octobre ses concerts à travers la France et s'installe au Châtelet à Paris pour finir joyeusement l'année, du 27 décembre au 4 janvier 2002. Salvador est en forme, et au milieu du succès populaire retrouvé, il choisit de se marier en novembre 2001 avec sa compagne, Catherine Costa, productrice de télévision. LiveAu printemps 2002, Mr Henri poursuit sa tournée. Brest, Monaco ou Toulouse sont au programme entre mars et avril avant d'attaquer les festivals de juillet : Francofolies de la Rochelle et de Montréal. En dépit de son âge, Salvador continue sa route internationale : New York, Tokyo, la Martinique, la Guadeloupe mais aussi pour la première fois sa terre natale, la Guyane.En octobre, le chanteur collabore à l'album "Gipsy Project & Friends" du guitariste jazz manouche Bireli Lagrène. Mi-décembre, l'homme au rire le plus fantasque de la chanson française entre au Musée Grévin. 2003 : "Ma chère et tendre" Henri Salvador est de retour en studio pour enregistrer son album "Ma chère et tendre" hommage à sa tendre et chère Catherine Costa . Sur les quatorze chansons présentes, l'artiste en a composé douze dans la même veine que son précédent opus c'est-à-dire à la fois jazzy, bossa nova, blues et variété. Pour les paroles, Keren Ann et Benjamin Biolay largement présents sur "Chambre avec vue" ne sont présents que sur deux titres "Ma chère et tendre" et "Ailleurs". Ils laissent leur place à Guy Béart, Bernard Dimey, Michel Modo, Jean Drejac, ou encore Maurice Pon et Robert Nyel. ici L’année 2004 est celle des concerts. Démarrée le 31 janvier, la tournée qu'il effectue en France le mène à Paris entre le 6 et le 15 février pour 7 dates de prestige : en effet, il se produit avec quelques cinquante musiciens sur la scène du Palais des Congrès. En novembre, sort "Bonsoir amis", le live enregistré dans cette salle qu'il retrouve les 11 et 12 février de l'année suivante pour deux concerts exceptionnels. 2006 : "Révérence" Agé de 89 ans, le fringuant Monsieur Salvador décide d'arrêter la scène. C'est le sens du titre qu'il donne au nouvel album qui sort en octobre 2006. "Révérence", enregistré en partie à Rio de Janeiro, sous la houlette du grand arrangeur Jaques Morelenbaum est un disque aux sonorités bossa nova. "Cherche la rose" est un duo avec le chanteur brésilien Caetano Veloso. On retrouve aussi Gilberto Gil sur "Tu sais je vais t'aimer", une reprise de "Eu sei que eu vou te amar" un morceau de Tom Jobim adapté en français par Georges Moustaki. Le crooner français rend hommage sur cet album à l'écrivain Françoise Sagan ("Mourir à Honfleur") en même temps qu'à Ray Charles avec "Alleluia ! je l'ai dans la peau", une reprise en français d'un titre du musicien américain. Entre triste nostalgie et rythm'n'blues clinquant, Henri Salvador fait avec "Révérence" le grand écart artistique, exercice qu'il connaît parfaitement. Le jour de ses 90 ans, il se produit sur les planches du Sporting de Monte Carlo, le 18 juillet 2007. Le 26 octobre, c'est la salle Pleyel à Paris qui l'accueille. Der des der, le 21 décembre, il donne son dernier récital au Palais des Congrès de la capitale française. Mercredi 13 février 2008, l'artiste décède des suites d'une rupture d'anévrisme. Ses obsèques sont suivies quelques jours plus tard par plusieurs milliers de personnes, dont le président de la république française, Nicolas Sarkozy et le prince Albert de Monaco. PRIX ET HONNEURS : En 1949, Henri Salvador monte sur la scène de l’ABC en première partie de Mistinguett et reçoit son premier Grand Prix du disque (pour « Parce que ça me donne du courage »). En décembre 1987, La SACEM (Société des Auteurs-Compositeurs) lui décerne le grand prix de l'humour. Un an plus tard, en 1988 en octobre, le Président François Mitterrand le nomme Chevalier de la Légion d'honneur. Prix d'honneur spécial pour l'ensemble de son œuvre aux Victoires de la musique 1996. 2000 Grande Médaille de la Chanson Française (Prix de l’Académie) pour l’Ensemble de ses chansons. Meilleur artiste masculin et meilleur album de l'année aux Victoires de la Musique 2001 pour l’album Chambre avec Vue (plus d’un million d’exemplaires vendus). Album qui sera ressorti par le prestigieux label Blue Note en 2003 sous le nom « Room With a View ». Le 8 octobre 2001, Henri Salvador est élevé au rang de Commandeur de l'Ordre national du mérite par le Président de la République Jacques Chirac lors d'une cérémonie de remise de décorations à l'Elysée. L'année 2004 est l'année des récompenses pour Mr Henri. Le 5 février l'UNAC (Union Nationale des Auteurs et Compositeurs) distingue l'artiste pour l'ensemble de sa carrière en lui décernant son grand prix. Le 11 avril, un décret publié dans le Journal Officiel le nomme au grade de commandeur de la Légion d'honneur. Distinction qu'il reçoit des mains du président Jacques Chirac au mois de juin. Son nom est entré dans le prestigieux Dictionnaire du jazz des éditions Robert Laffont. En 2016, une place à Paris est inaugurée à son nom, en face du 43, boulevard des Capucines (IIe), juste en face de l’Olympia. Un musée à la gloire du crooner jazzy serait même en projet. Il pourrait bien naître dans l'appartement de la place Vendôme où le chanteur a vécu pendant près de 60 ans . HENRI AU CINEMA :"Mademoiselle s'amuse" de Jean Boyer 1948" Nous irons à Paris"de Jean Boyer 1950" Bonjour sourire" de Claude Sautet 1955" Un clair de lune à Maubeuge" de Jean Cherasse 1962"Accroche-toi y’a du vent" de Bernard Roland, avec Francis Blanche (1962 franco-italien)" Tartarin de Tarascon " de Francis Blanche 1962"Les Malabars sont au parfum" de Guy Lefranc 1965" Et qu'ça saute" de Guy Lefranc 1970

9/1/2018
Le retour des Parisiennes

Laurent Ruquier fait revivre le groupe yéyé les Parisiennes pour un spectacle musical mêlant chant, danse, comédie… Elles reprennent en live les succès pop et drôles du groupe culte des années 60 et 70. Et quelles Parisiennes ! Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modja et Helena Noguerra vont égayer les Folies Bergère et les plus belles salles de France dans une mise-en-scène sexy et endiablée de Stéphane Jarny… Du 24 mai au 3 juin 2018 aux Folies Bergères

2/1/2018
Sundance Film Festival - 18 - 28 janvier 2018

Les longs métrages retenus pour le Sundance Film Festival 2018 ont été annoncés et nous sommes ravis que "American Animals", musique originale composée par Anne Nikitin et "Puzzle", musique originale de Dustin O'Halloran soient dans le line-up. "American Animals" est écrit et réalisé par Bart Layton qui a remporté un BAFTA Award pour son documentaire "The Imposter" ,que Nikitin a également mis en musique; il met en vedette Evan Peter et Barry Keoghan et concourt dans la catégorie US Dramatic Competition. "Puzzle" est réalisé par Marc Turtletaub, avec, comme actrice principale, Kelly Macdonald et fait partie de la catégorie Premiere. Tout sur Sundance ici .

1/1/2018
Henri Salvador l'album hommage

Nouvelle sortie : Henri a 100 ans / Sony Music Henri Salvador aurait eu 100 ans cette année. Pour l’occasion, de grands artistes français reprennent ses plus beaux succès dans un album hommage réalisé par Louis Chedid et featuring Bénabar, Calogero, Robert Charlebois, Louis Chedid, Thomas Dutronc, Idir, -M-, MB14, François Morel, Nach, Helena Noguerra, Véronique Sanson et Shirley & Dino , rien que ça ! Regardez en image le making of : Titres en écoute ici

19/12/2017
Johann Johannsson nommé aux Grammy Awards

Félicitations à Jóhann Jóhannsson ! Le compositeur islandais a été nominé aux Grammy Awards pour la musique du film Arrival, dans la catégorie meilleure bande son pour un long métrage. Son travail, déjà acclamé par la critique pour ce thriller de science-fiction de Denis Villeneuve, a également été récompensé aux World Soundtrack Awards plus tôt cette année et était déjà en compétition aux BAFTA et aux Golden Globes. La cérémonie des 60 èmes Grammy Awards aura lieu le dimanche 28 janvier au Madison Square Garden de New York ...

7/12/2017
Johnny Hallyday

De Gérard Layani à Brigitte Fontaine en passant par Mort Shuman…ils lui ont écrit de magnifiques chansons . Johnny est parti mais ses chansons resterons pour toujours dans les mémoires. Notre playlist en écoute ici

7/12/2017
Macha Gharibian dans Télérama

Chronique parue le 6.12.17

23/11/2017
La Compagnie Créole en tournée au Québec

La Compagnie Créole embarque pour le Québec début 2018 où 24 concerts sont prévus de février à avril : ça va chauffer !

21/11/2017
Dustin O'Halloran compose pour Bose

Dustin O'Halloran a composé la musque de la nouvelle campagne de publicité pour le spécialiste de l'équipement audio Bose. Réalisée par Miles Jay, la campagne comprend quatres films intitulés Young, Bliss, Hope et Alive, tous disponibles en ligne dès maintenant. La campagne se poursuivra jusqu'à Noël au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada, en France, en Allemagne, en Norvège et en Suède.

©2018 MusicSales FR. All Rights Reserved.
Powered by Synchtank® V2.9 | Patents Pending
Connect with us